Home Actualités Sylvie Yougbaré ou l’autre symbole de la lâcheté des terroristes !

Sylvie Yougbaré ou l’autre symbole de la lâcheté des terroristes !

2
0
De quelles valeurs les groupes terroristes peuvent-ils encore nous convaincre quand ils déchiquettent une pauvre dame et son nourrisson de seulement quatre mois ?
Le 26 septembre 2020, il était 6 heures du matin à Tanwalbougou lorsque Sylvie Yougbaré enfourchait sa bicyclette. Sur son dos, son nourrisson âgé de seulement quatre (04) mois.
Nous sommes en saison des pluies et Sylvie Yougbaré en tant que brave paysanne devait se rendre au champ comme d’habitude.
Sylvie et son rejeton ignoraient tout du malheur qui les attendait à quelques kilomètres sur leur itinéraire, quelque part dans la brousse.
Sa seule préoccupation : retrouver le plus vite possible son champ pour poursuivre le travail qu’elle a suspendu la veille du fait de la tombée de la nuit.
Sylvie pédalait donc comme sans se douter que des individus sans foi ni loi avaient placé un engin explosif qui lui coûterait la vie et qu’elle et sa progéniture n’arriveront jamais à destination.
Après quelques kilomètres de courses, la bicyclette de Sylvie monte sur une mine artisanale nuitamment enfouie sous le sol par les lâches, les terroristes, les combattants d’une cause inavouable.
Et c’en est fini pour Sylvie et sa fille!
L’ensemble mobile que représentaient à l’instant, la pauvre dame, sa fille et sa monture s’éclatèrent en plusieurs parties : Des morceaux de corps par-ci et par-là et la bicyclette d’un autre côté.
Sylvie et son bébé de quatre mois venaient ainsi d’être atrocement tués par ceux qui prétendent combattre au nom d’Allah le Miséricordieux, celui-là qui a rendu la vie humaine sacrée.
Et voilà comment ils prétendent défendre leurs causes ! Tant d’autres femmes innocentes ont subi la barbarie des ces gens dans la province du Loroum, du Yatenga et surtout, on n’oubliera jamais l’atrocité du 24 décembre à Arbinda contre les femmes.
Mais puisqu’ils sont maudits par Dieu, ces barbares ont opté de prendre le contre-pied de nos valeurs communes, nos croyances et tuer lâchement les plus faibles de la société, les femmes et les enfants.
Ils sont bien conscients des actes qu’ils posent, puisque Sylvie et sa fille, tout comme les pauvres dames de Arbinda ont été intentionnellement tuées par des gens qui n’avaient aucun doute sur la nature de leur cible. Ils ont seulement fait le choix d’être des criminels, de nous retourner les uns contre les autres, de détruire nos familles et villages et nous conduire vers le chaos.
En quoi les morts de Sylvie, sa fille, la dame du Loroum à bord de sa charrette ou celle des 30 femmes d’Arbinda vous aident-elles ? voilà la question dont la réponse met à nu la lâcheté et la honte que symbolisent ces individus, membres de groupes terroristes, pour leurs familles, communautés et nations. Voilà ce qu’ils appellent leur combat, tuer des femmes et de bébés!
Ces actes lâches nous interpellent sur le danger qui nous guette et la nécessité du vivre ensemble dans la paix et la fraternité.
Oui, le peuple burkinabè doit vivre uni et solidaire afin de faire échec à toute entreprise terroriste.
Les terroristes ne défendent aucune valeur morale. Ils sont tout simplement contre tout le monde, ceux qui refusent de suivre leurs discours. Ainsi, en enfouissant leur mine sous le sol, ils savaient bien que n’importe quelle âme (musulman, chrétien, peulh, mossi, gourmatché, FDS, volontaire, homme, femme, enfant…) pouvait monter dessus. Ils savaient surtout que les premiers usagers de la route minée sont les pauvres populations sans aucun moyen de protection ou de défense. Et c’est toujours ainsi partout où ils passent.
Hier c’était l’autre, les autres, aujourd’hui c’est Sylvie et son nourrisson, qui sait si demain ça ne sera pas son tour…
Ensemble, mettons-nous tous débout contre ce mal en attendant qu’il ne nous touche directement !!!
Par respect pour la vie humaine et en vue de montrer à ces individus au dessein apocalyptique appelés terroristes que nous n’allons pas courber l’échine face à leurs actions, les images du drame ne seront pas publiées, mais plutôt les images d’une femme souriante et son bébé traduisant la victoire, l’envie et la joie de vivre.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here