Home Actualités Rapatriement : Rémy Ngono vit ses dernières heures en France

Rapatriement : Rémy Ngono vit ses dernières heures en France

0
2

L’animateur sportif a été sommé par le gouvernement français de retourner au Cameroun. Il vit dans l’hexagone depuis 16 ans.

La France envisage très sérieusement le rapatriement des étrangers installés dans son pays et responsables de troubles à l’ordre public. Ce rapatriement concerne surtout ceux qui représentent une menace sérieuse dans le trouble à la paix sociale. C’est dans ce sens que Gérald Darmanin, le ministre français de l’Intérieur, a adressé mercredi 30 septembre 2020, une correspondance aux préfets des départements.

Rémy N’Gono, un animateur sportif camerounais qui vit en France, pourrait être l’une des premières victimes de cette nouvelle mesure.  C’est moins ce qu’a affirmé jeudi, le chroniqueur dans un direct sur sa page Facebook.

« C’est mon dernier anniversaire en France et en terre étrangère »

« Aujourd’hui, c’est mon dernier anniversaire en France et en terre étrangère. Le gouvernement français, par le biais de son ministre de l’Intérieur, m’a sommé de quitter leur pays. J’ai donc décidé de retourner dans mon pays le Cameroun, reprendre mon poste de directeur de la RTS, et le vrai », a-t-il annoncé.

Rémy Ngono vit en France depuis 16 ans. Avant de s’installer dans l’hexagone, il animait une émission satirique de grande écoute sur la Radio-télévision Siantou (Rts), première station privée du Cameroun. Au cours de ce programme,  Remy avait pris l’habitude d’égratigner les ministres et le président de la République, Paul Biya.

Connu pour son franc parlé

Si les auditeurs apprécient son franc parlé, les autorités, elles, l’aiment beaucoup moins. En 2003, il est condamné à six mois de prison pour appel à la rébellion, commentaires tendancieux et outrage au chef de l’Etat.

À sa libération, il quitte le Cameroun et est accueilli en France par la Maison des journalistes. C’est une association qui vient en aide et héberge des journalistes victimes de persécution dans leur pays.

Alors qu’il devait être chroniqueur dans l’émission « N’ayons pas peur des mots » sur I-Télé, on lui propose plutôt d’être chroniqueur dans l’émission « N’ayons pas peur du foot » pendant la coupe du monde de football 2006. Depuis cette date, il devient journaliste sportif.

actucameroun

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here